Gardez contact avec nous

Banlieue Ouest – L’Agence, laboratoire de communication – Le Lab

Classics

La French Tech

La French Tech est le nouveau nom des Quartiers Numériques, cette fameuse initiative de Fleur Pellerin dont je vous ai déjà parlé il y a quelques temps.

Auparavant, les Quartier Numériques n’étaient qu’un nom de code visant à expliquer l’initiative du gouvernement. Ce projet a pour objectif, je le rappelle, de promouvoir les zones urbaines françaises, susceptibles de faire émerger les startups numériques du futur. Mercredi soir, lors d’un colloque a Bercy, la ministre elle-même a pris la parole pour parler de l’avancement du projet. C’est à cette occasion que le nouveau nom de French Tech a été dévoilé ainsi que les dispositions qui vont être mises en place.

La première de ces dispositions, et non des moindres, c’est un budget de 215 millions d’euros que le gouvernement va débloquer afin d’aider le développement des startups du numérique. Outre l’aspect monétaire, ce qui est important de remarquer ici, c’est la sémantique du discours donné. Louis Gallois, commissaire général à l’investissement n’a pas manqué de faire remarquer que je cite « L’Etat interviendra comme un investisseur avisé, attendant un retour de son investissement ». Il est clair qu’ici le gouvernement ne souhaite pas faire ou se faire accuser d’assistanat, et se pose dans la posture de Business Angel publique. Une position libérale, assumée sans complexe par le gouvernement, qui a le mérite de faire comprendre que c’est bien ces jeunes startups aujourd’hui, qui permettront de faire prospérer la France demain. C’est donc un véritable pari sur l’avenir que l’on nous propose ici. À condition cependant que toutes ces propositions soient respectées et utilisées à bon escient, bien évidemment. Quant à l’appel de projets, il sera ouvert en mars 2014.

Derrière ces annonces, quel est le message adressé ?

Celui de tout mettre en œuvre, à l’échelle du gouvernement français évidemment, pour faire de la France une grande nation du numérique. Car, Fleur Pellerin vise le rayonnement international de ces startups. Elle n’a d’ailleurs pas manqué de dire que « Dix, cent Criteo peuvent naître demain sur notre sol ». Critéo, je vous rappelle est cette startup française dont nous avons parlé il y a deux semaines, et qui a fait son entrée en bourse il y a peu. À l’image de la Silicon Valley à Los Angeles, ou de la Tech City à Londres, la ministre souhaite avoir ses quartiers où l’innovation numérique se crée sans cesse et conduit l’économie d’un pays, ou presque, mais surtout apporte une belle vitrine de la productivité française. Elle-même ambassadrice du made in France numérique, rappelez-vous de la dernière campagne de communication « Say yes to France », les actions de promotions vont être conduites par l’Agence Française pour les Investissements Internationaux afin de donner une vrai résonnance mondiale au développement du programme French Tech.

Et géographiquement, seul Paris sera favorisé ?

French Tech sera avant tout un label porté par toutes les entreprises répondant aux critères de startups numériques, aussi bien à Paris, qu’en Province. Ce sera néanmoins à la Halle Freyssinet que le quartier général se trouvera. C’est une affaire à suivre donc, mais néanmoins un signal positif envoyé ici à la création française et qui a le mérite de donner de la motivation à tous ces jeunes ou moins jeunes entrepreneurs du numérique voulant se lancer dans cette belle aventure.

Les dispositions prises sont-elles suffisantes, ou cette proposition n’est encore qu’un signal trop faible montrant qu’une nouvelle fois, le gouvernement ne saisi pas les vrais besoins des jeunes startups françaises. Le débat est ouvert !

Continuer la lecture
Vous aimerez aussi
Cliquez ici pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus sur Classics

Remonter en haut