Gardez contact avec nous

Banlieue Ouest – L’Agence, laboratoire de communication – Le Lab

Facebook s’emballe et tout le Web tremble !

Classics

Facebook s’emballe et tout le Web tremble !

Le bug Facebook, on en a beaucoup entendu parler cette dernière semaine. Tout a commencé en un 24 septembre. Lundi dernier, suite à un article publié sur le site Internet du quotidien Métro, le Web découvrait avec effroi que d’anciens messages privés, datant de 2009 et avant, étaient publiés en toute visibilité sur les murs Facebook de chacun. Ainsi, et d’après la rumeur, car rien n’était encore confirmé, de nombreux messages étaient visibles aux yeux de tous, si l’on remontait un peu dans les années.

Le Web s’est alors complètement enflammé. Sur Twitter, on ne parlait que de cela. Tous les sites Internets ont repris l’information sans pour autant avoir plus de source que le site de Métro. De nombreux témoignages sont apparus de toute parts pour confirmer que le bug était bien réel et que des messages censés être privés étaient visibles sur leurs murs. La fin de journée était alors pire que le Jeudi Noir de 29. Tout le monde s’arrêta de travailler quelques instants pour aller vérifier son mur, en espérant que rien de trop perso, et pouvant porter de lourds préjudices était sorti.

Nous sommes alors tous des Eric Besson en devenir ?

Et oui c’était fait ! Eric Besson n’avait plus le monopole du fail de message privé ! Nous étions tous des potentiels fautifs ayant forcément eu au moins un message à cacher aux yeux de ses amis…

Plus sérieusement, ce problème est révélateur de la nouvelle exposition sur les réseaux sociaux et de l’utilisation que chacun en fait. Car l’une des techniques censées résoudre ce bug, était d’aller modifier ses paramètres de confidentialités. Et c’est à ce moment que tout le monde découvrit un méandre de fonctionnalités où tout le monde était perdu. Le sentiment d’insécurité était palpable. Car en touchant à un des sujets les plus sensibles qu’il soit, à savoir la vie privée, beaucoup d’utilisateurs se sont aperçus qu’ils ne maitrisaient finalement pas grand chose et que cela pouvait considérablement leur nuire !

Mais alors, c’était donc vrai ?

Fort heureusement pour les Internets, vers 20H30 Facebook publia un communiqué attendu comme le soir de Noël pour clamer haut et fort, je cite : « ces messages étaient en réalité d’anciens messages postés sur les murs qui ont toujours été visibles sur les profils des utilisateurs. […] Il n’y a aucune atteinte à la vie privée des utilisateurs.”

La peur laissa place à la stupeur. Aurions nous tous vécu une sorte d’hallucination collective ? Aurions pu tous nous tromper au regard du nombre considérable de messages publiés sur Twitter preuve de la véracité de ces messages privés ?

Car il est difficile d’imaginer que Facebook nous ai pondu un bobard aussi énorme, la question mérite d’être posée. De plus, des sources d’anciens salariés de Facebook, libres de leur parole ont assurés que les messages privés et les messages publics n’étaient pas stockés sur le même serveur. Il serait donc techniquement impossible que des messages privés puissent apparaître comme par magie sur les murs Facebook.

L’autre élément étrange de cette histoire est que finalement, ce bug à l’air de s’être arrêté aux frontières de la France… Aucun signalement étranger quand à un bug similaire… Et si l’on cherche bien, en décembre 2011 en Finlande, une rumeur similaire s’était rependue comme une trainée de poudre sur le Web Scandinave… Et à cela, je vous le donne en mille, Facebook a répondu exactement par le même communiqué de presse que celui diffusé la semaine dernière. L’histoire se répète encore pour Facebook.

Que pouvons nous tirer de cette histoire ?

Et bien simplement s’interroger sur le problème que pose la mémoire numérique. Car apparemment, nous oublions très vite ce que nous publions sur le Web. Nous perdons rapidement la notion de ce que l’on considère comme personnel dans notre vie au fur et à mesure que le temps passe et que les fonctionnalités du réseau évoluent. Ces informations sont alors désormais déconnectés de notre réalité car aujourd’hui, il nous paraîtrai inconcevable que l’on ai pu écrire une information personnelle sur un mur publique. Sauf que si, toi qui a écrit « mon patron est tellement relou, il me fait bosser jusqu’à 10h ce soir, je ne vais pas pouvoir venir chez toi », n’est-ce pas Stéphane, tu l’as bel et bien fait en 2008 dans un espace accessible aux yeux de tous. Ce n’était en aucun cas un message que tu croyais privé. Alors peut être qu’à l’époque on ne savait pas trop où était la limite entre le publique et le privé, il n’empêche que nos comportements ont du mal à s’adapter à toutes ces évolutions des fonctionnalités. La dernière en date, je le rappelle, étant la TimeLine permettant de parcourir toutes ses publications depuis sont inscription sur Facebook, voir même avant !

Alors, oui Facebook c’est la vraie vie. C’est autant d’interactions que nous pourrions vivre autrement et aujourd’hui l’adage « les murs ont des oreilles » n’a jamais autant pris tout son sens. N’ayez pas peur pour autant de Facebook et du formidable outil qu’est le réseau de Marky, mais gardez juste à l’esprit qu’il faut être capable d’imaginer que vos données sont forcément stockées quelque part. Et n’oubliez pas que, comme dans toute situations, les paroles s’envolent, mais les écrits, eux, restent !

 

 

 

Continuer la lecture
Vous aimerez aussi
Cliquez ici pour commenter

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus sur Classics

Remonter en haut